La réinfection sévère par une souche sud-africaine de coronavirus inquiète les médecins

Un homme qui a contracté le coronavirus en septembre dernier est maintenant en soins intensifs à cause d’une réinfection par la souche sud-africaine du coronavirus, ce qui inquiète les autorités médicales, car jusqu’à présent la grande majorité des réinfections étaient jusque alors bénignes.

« Ce qui nous inquiète, c’est la gravité de cette deuxième infection par une nouvelle variante du virus« , a déclaré à BFMTV Frédéric Adnet, chef du service des urgences.

Jean-Damien Ricard, professeur de médecine intensive à l’hôpital de Colombes, où le patient est soigné depuis trois semaines, a tenté de minimiser l’alarmisme qui existe sur ce cas car, quelle que soit la gravité de l’état du patient, « il s’agit d’une situation exceptionnelle, la première qui ait été décrite« .

Jean-Damien Ricard a déclaré qu’il existe plusieurs hypothèses pour expliquer la gravité du patient, allant d’une éventuelle déficience immunitaire à une « génération insuffisante d’anticorps après la première infection« , en passant par la possibilité que la nouvelle infection soit une souche plus agressive, en l’occurrence la sud-africaine 501Y.V2, ayant des conséquences plus graves.

« C’est un cas exceptionnel jusqu’à présent« , a déclaré l’épidémiologiste Yves Buisson, président du groupe Covid de l’Académie nationale de médecine, qui a ajouté qu’il s’agit « d’un cas qui devrait être étudié mais pas généralisé« .

Selon Yves Buisson, il faudrait savoir si les anticorps que le patient a développés lors de sa première infection sont capables de neutraliser la souche sud-africaine, et si celle-ci « échappe partiellement à une immunité acquise par une infection antérieure« .

Le cas a été publié cette semaine dans la revue scientifique américaine Clinical Infectious Diseases.