L’action de Carrefour chute de 4% après le veto du gouvernement pour une fusion avec Couche-Tard

L’action de Carrefour chute d’environ 4 % après que le gouvernement ai opposé son veto au projet de fusion avec le groupe canadien Couche-Tard.

Le gouvernement a imposé un veto “définitif” à la fusion proposée il y a quelques jours par Couche-Tard au nom de la souveraineté alimentaire et a assuré qu’il recourrait si nécessaire à un mécanisme juridique sur les secteurs stratégiques pour l’empêcher. “La sécurité alimentaire est stratégique pour notre pays et nous ne céderons pas à l’un des grands distributeurs français“, a déclaré Bruno Le Maire, se référant aux négociations que les deux groupes de distribution ont reconnues mercredi dernier, lorsqu’ils ont discuté d’une éventuelle offre Couche-Tard de 20 euros par action Carrefour, qui aurait été évaluée à 14 milliards d’euros, soit près de 30 % de plus que la valeur boursière avant que le projet ne soit rendu public.

Bruno Le Maire a insisté sur le fait que “l’enjeu est la sécurité alimentaire de notre pays” et a rappelé que Carrefour est le plus grand groupe privé en nombre de salariés en France, avec plus de 100 000 personnes, et qu’il a une part de marché de 20% dans la distribution.

Bruno Le Maire avait déjà déclaré qu’il n’était pas favorable “a priori” à ce que Carrefour soit contrôlé par une société étrangère. Vendredi, il a rappelé qu’une loi de 2019 dont il était le promoteur incluait la distribution de nourriture parmi les “activités stratégiques” sur lesquelles le gouvernement pouvait intervenir pour éviter qu’elle ne tombe entre des mains étrangères.

Après l’ouverture, à 11h15, ses actions se négociaient à 16,46 euros, soit 3,7% de moins que le cours de clôture de jeudi.