Le baril chute de 4 %, la troisième vague réduit les espoirs de reprise de la demande

Les prix du pétrole ont plongé de 4 % jeudi, prolongeant la faiblesse du marché due à la troisième vague qui touche Europe et l’Asie.

Le baril a perdu une grande partie des gains de la session précédente, qui ont suivi les nouvelles de l’échouement d’un porte-conteneurs dans le canal de Suez. Le navire n’a pas encore été libéré, mais pour l’instant le marché n’a pas réagit, car seul un petit pourcentage du brut mondial est transporté par le canal.

Le pétrole brut Brent était en baisse de 2,46 $, soit 3,8 %, à 61,95 $ le baril. Le pétrole brut West Texas Intermediate (WTI) a perdu 2,62 $, soit 4,3 %, pour atteindre 58,56 $ le baril.

Les pays d’Europe renouvellent les restrictions pour endiguer les cas de COVID-19, ce qui réduira la demande de la région. L’Allemagne, première économie d’Europe, a enregistré la plus forte augmentation des cas de coronavirus depuis janvier.

Dans certaines régions de l’ouest de l’Inde, les autorités ont ordonné aux gens de rester chez eux, les nouvelles infections au coronavirus ayant atteint leur niveau le plus élevé en cinq mois.

La distribution des vaccins a été plus rapide aux États-Unis que dans presque tous les autres pays, mais les experts de la santé craignent que les voyages du spring break n’entraînent une augmentation des cas de COVID-19.

La force du dollar a également pesé sur les prix du pétrole. Le billet vert a atteint un nouveau sommet de quatre mois par rapport à l’euro, la réponse des États-Unis à la pandémie continuant à être plus rapide que celle de l’Europe.

La hausse du dollar rend le pétrole libellé en dollars plus cher pour ceux qui utilisent d’autres devises.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, collectivement appelés OPEP+, devraient maintenir les restrictions d’approvisionnement actuelles en mai lors d’une réunion prévue le 1er avril, ont déclaré à Reuters quatre sources de l’OPEP+.

Le groupe avait récemment refusé d’augmenter l’offre, craignant que la contagion du COVID-19 ne reprenne.