Le bitcoin en chute libre, les investisseurs de plus en plus inquiets !

Le bitcoin a connu sa plus forte chute en plus de sept semaines, quelques jours seulement après avoir atteint un record.

La plus grande crypto-monnaie a chuté de 8,5 % à 55 810,32 dollars dimanche, après avoir baissé jusqu’à 15,1 % à 51 707,51 dollars. L’Ether, le deuxième jeton le plus important, a chuté de près de 18 % avant de limiter ses pertes.

Source: bitcoin.fr

Plusieurs rapports en ligne ont attribué ce plongeon à la spéculation selon laquelle le Trésor américain pourrait légiférer contre le blanchiment d’argent effectué par le biais d’actifs numériques.

Le bitcoin a atteint un niveau record de 64 869,78 dollars la semaine dernière, avant le début de l’entrée en bourse de Coinbase mercredi. Le bitcoin s’approche des 65 000 dollars avec la cotation de Coinbase qui alimente la demande

L’acceptation croissante des cryptomonnaies par le grand public a stimulé la hausse du bitcoin et permis à d’autres jetons d’atteindre des sommets. L’intérêt pour les crypto-monnaies est reparti à la hausse après que des entreprises comme PayPal et Square ont commencé à autoriser les transactions en bitcoins sur leurs systèmes, et que des sociétés de Wall Street comme Morgan Stanley ont commencé à donner accès aux jetons à certains de leurs clients les plus riches.

Et ce, malgré les inquiétudes persistantes concernant leur volatilité et leur utilité en tant que méthode de paiement. Le dogecoin a grimpé de plus de 110 % vendredi avant de chuter le lendemain. La demande était si forte pour ce jeton que les investisseurs qui tentaient de l’échanger sur Robinhood ont fait planter le site, a indiqué la bourse en ligne dans un billet de blog vendredi.

Les gouvernements examinent de plus près les risques liés au secteur à mesure que la base d’investisseurs s’élargit.

La semaine dernière, le président de la Réserve fédérale Jerome Powell a déclaré que le bitcoin « est un peu comme l’or » dans la mesure où il s’agit davantage d’un véhicule de spéculation que de paiement. En janvier, la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, s’est attaquée au rôle du bitcoin dans la facilitation des activités criminelles, déclarant que les cryptomonnaies permettaient des « affaires louches« .

La banque centrale de Turquie a interdit l’utilisation des cryptomonnaies comme moyen de paiement à partir du 30 avril, affirmant que le niveau d’anonymat derrière les jetons numériques entraîne un risque de pertes « irrécupérables« . L’Inde proposera une loi interdisant les cryptomonnaies et imposant des amendes à toute personne négociant ou détenant de tels actifs.

Les plus ardents défenseurs du bitcoin le considèrent comme une réserve de valeur moderne et une couverture contre l’inflation, tandis que d’autres craignent la formation d’une bulle spéculative.