Le bitcoin n’a pas besoin de devenir un moyen de paiement pour réussir

Le bitcoin n’a pas besoin de devenir une forme de paiement largement utilisée pour réussir et pourrait prospérer uniquement en tant que réserve de valeur, a déclaré mercredi Anthony Scaramucci, fondateur de SkyBridge Capital.

Conçu comme une forme de paiement, le bitcoin n’est pas encore largement utilisé dans le commerce, bien qu’il s’agisse d’une étape importante. Tesla a déclaré mercredi que ses clients peuvent désormais payer leurs véhicules électriques avec la cryptomonnaie.

Pour que le bitcoin réussisse (…) il n’est pas nécessaire qu’il devienne une monnaie mondiale“, a déclaré Anthony Scaramucci dans une interview à la Reuters Digital Assets Week 2021.

Il pourrait simplement s’agir d’une réserve de valeur, et ensuite vous finissez par transférer vos bitcoins dans les différentes monnaies dans lesquelles vous voulez effectuer des transactions“, a déclaré l’ancien directeur de la communication de la Maison Blanche.

Au début de l’année, SkyBridge a lancé un fonds bitcoin avec 310 millions de dollars d’actifs sous gestion.

Le bitcoin a atteint un sommet historique de près de 62 000 dollars ce mois-ci, dernier jalon d’une ascension fulgurante en 2021 alimentée par de grands investisseurs institutionnels.

Je ne pense pas que Jésus et Moïse se soient mis ensemble, aient eu un bébé et que ce bébé soit du bitcoin, ce n’est pas moi. Je vois les risques du bitcoin, c’est un actif volatil“, a déclaré Anthony Scaramucci, qui a été licencié par l’ancien président Donald Trump peu après une semaine de prise de fonction à la Maison Blanche en 2017. “Je suis un investisseur en bitcoins. J’étais autrefois un sceptique du bitcoin.

L’administration Trump avait une vision “négative et générale” du bitcoin en raison de la menace théorique qu’il représente pour le statut du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale de facto, a déclaré Anthony Scaramucci.

L’idée que quelqu’un puisse supprimer le dollar serait douloureuse pour les régulateurs” et pour son utilisation en tant qu’outil de politique économique, a-t-il déclaré. Certes, le bitcoin a encore un long chemin à parcourir avant de remplacer le dollar, a-t-il noté.

Pourtant, les banques centrales du monde entier, y compris la Réserve fédérale, évaluent l’émission de leur propre monnaie numérique, en partie pour contrer l’essor des cryptomonnaies publiques et privées.

Il y aura un dollar numérique. Le Trésor travaille évidemment sur cette question“, a déclaré Anthony Scaramucci. “Les États-Unis ne permettront pas que le yuan soit numérisé sans que le dollar soit numérisé“.