Le gouvernement grec valide l’achat de 18 chasseurs Rafale

Les législateurs grecs ont approuvé jeudi l’achat de 18 avions Rafale fabriqués par Dassault en France pour 2,5 milliards d’euros (3,04 milliards de dollars), dans un accord qui doit être signé par les ministres de la défense grec et français plus tard ce mois-ci.

Athènes a validé le choix d’acquérir des avions de combat Rafale dans le cadre de ses projets de renforcement de sa capacité militaire suite aux différends actuels avec la Turquie sur les ressources énergétiques en Méditerranée.

L’accord portant sur six nouveaux avions Rafale et douze avions d’occasion devrait être signé  à Athènes ce mois-ci et les premières livraisons sont attendues au cours du premier semestre de l’année, a déclaré le gouvernement.

Le gouvernement conservateur du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a déclaré vouloir investir dans les forces armées, en augmentant les effectifs, en acquérant de nouvelles frégates, des hélicoptères et des drones, et en modernisant sa flotte existante de chasseurs F-16.

Le Parlement devrait également voter la semaine prochaine un projet de loi visant à étendre les eaux territoriales occidentales de la Grèce dans la mer Ionienne à 12 miles nautiques au lieu de six.

Bien que ce vote n’affecte pas directement l’est et le sud de la mer Égée, où la Grèce et la Turquie ont des revendications territoriales, Athènes a déclaré qu’elle se réserve le droit, en vertu du droit international, de fixer une limite maritime de 12 miles sur l’ensemble de son territoire.

La Turquie a déclaré qu’elle considérerait une telle revendication dans la mer Égée comme  un motif de guerre.

En signe possible de volonté de rechercher une approche plus conciliante, des diplomates des deux pays doivent se rencontrer le 25 janvier pour des discussions.