Le NFT d’Edward Snowden vendu pour 5 millions d’euros

Le NFT d’Edward Snowden s’est vendu pour la somme astronomique de 2 224 Etherium, soit environ 5 millions d’euros, lors d’une vente aux enchères qui a duré une journée.

Intitulée Stay Free, l’œuvre d’art numérique utilise les pages de la décision de justice historique qui a conclu que les activités de surveillance de la National Security Agency étaient contraires à la loi pour former une image du visage du lanceur d’alerte à partir d’une photo prise par Platon. Elle a été réalisée à l’aide d’un logiciel libre et, comme les autres NFT, elle a été signée et vérifiée.

Le résultat de la vente aux enchères de Stay Free dépasse de loin la somme que Jack Dorsey a obtenue pour un NFT de son premier tweet le mois dernier. Comme Jack Dorsey, Edward Snowden n’empochera pas le produit de la vente aux enchères : l’argent sera versé à la Freedom of the Press Foundation, l’organisation à but non lucratif dont il est le président.

Les NFT ou jetons non fongibles sont généralement des morceaux de photos, de vidéos et d’autres objets numériques qui ont été signés et vérifiés par le créateur. Lorsqu’une personne achète un NFT, elle devient propriétaire d’un morceau de code unique stocké sur une blockchain. Comme nous l’avons écrit dans notre explication détaillée de ce que sont les NFT, “[V]ous pouvez dupliquer un fichier un millier de fois et ils seront tous identiques, mais seul celui qui est lié à un NFT est le vrai“.

Alors que les NFT pourraient aider les artistes et les créateurs, de plus en plus de personnes ont commencé à s’inquiéter de leur impact environnemental. Lorsqu’un artiste “monnaye” son œuvre sur une blockchain afin de pouvoir réaliser un NFT, il lance un processus qui utilise beaucoup de puissance de calcul et d’énergie. La Freedom of the Press s’engage à acheter des compensations de carbone équivalentes à l’empreinte du NFT de Snowden et “partagera bientôt les détails de ce processus.