Le tout premier “bitcoin vert” est sur le point d’être miné

Les sociétés de cryptomonnaies Argo et DMG ont signé un protocole d’accord en vue de lancer un nouveau pool de minage de bitcoins fonctionnant exclusivement avec des énergies renouvelables.

Dans un communiqué, les deux entreprises ont expliqué que l’opération, baptisée TerraPool, sera constituée du hashrate d’Argo et de DMG, qui utilise de l’énergie générée principalement par des sources hydroélectriques.

L’objectif est d’établir la “toute première opportunité de création de Bitcoin vert” et de fournir une feuille de route claire pour minimiser les effets du minage de Bitcoin sur l’environnement.

La récente flambée du prix du bitcoin a également placé les pratiques de minage des cryptomonnaies sous les projecteurs. L’un des griefs les plus courants à l’encontre de l’extraction de bitcoins est lié à son impact sur l’environnement.

Dans le cadre du système de preuve de travail (PoW) sur lequel fonctionne le bitcoin, les syndicats miniers s’affrontent pour résoudre des problèmes mathématiques complexes. Le premier à y parvenir gagne le droit de traiter un bloc de transactions, en échange de frais de transaction et de cryptomonnaies nouvellement frappées.

Bien que ce système soit essentiel au fonctionnement et à la sécurité du réseau Bitcoin, la quantité d’énergie consommée par les mineurs en compétition est astronomique. Un rapport récent de l’Université de Cambridge affirme que Bitcoin consomme plus d’énergie sur une base annuelle que le pays de la Suède, avec 139,15 TWh/an.

Cependant, en faisant fonctionner une opération minière avec de l’énergie générée par des sources renouvelables, Argo et DMG pensent pouvoir inverser le discours sur l’exploitation minière du bitcoin et accélérer la transition de l’exploitation minière conventionnelle vers des équivalents d’énergie propre.

La lutte contre le changement climatique est une priorité pour Argo et le partenariat avec DMG pour créer le premier pool minier Bitcoin “vert” est une étape importante vers la protection de notre planète aujourd’hui et pour les générations à venir“, a déclaré Peter Wall, PDG d’Argo Blockchain.

Nous espérons que d’autres entreprises de l’industrie minière Bitcoin suivront nos traces pour démontrer un consensus climatique plus large.

La plus grande mise en garde, cependant, est que l’équipement nécessaire pour construire une infrastructure d’énergie renouvelable a une empreinte carbone qui lui est propre. Pour ceux qui pensent que l’utilité du bitcoin ne vaut pas l’énergie dépensée pour le soutenir, même une opération minière entièrement alimentée par des énergies renouvelables ne peut pas apporter de solution.