Les crèmes solaires périmées peuvent-elles provoquer des cancers ?

Avec le temps, les crèmes solaires vieillissent vraiment très mal ! À tel point que l’OMS les déclare “potentiellement cancérigène”. En cause ? L’octocrylène contenu dans le filtre solaire qui, avec le temps, se transformerait en benzophénone, un perturbateur endocrinien cancérogène particulièrement connu pour son impact nocif sur la santé et sur l’environnement. Alors comment choisir sa crème solaire et quelles sont les marques concernées ? Réponse !

Crèmes solaires : un produit cancérigène ?

Initialement, les crèmes solaires servent justement à nous protéger des rayons UV pour limiter le risque de cancer de la peau. Sur la plage, elles sont donc indispensables pour un bronzage harmonieux et en toute sécurité. Le souci, c’est que la récente revue Chemical Research in Toxicology les accuse de contenir de l’octocrylène, une substance qui peut devenir cancérigène avec le temps.

Plus concrètement, il s’agit d’un composé organique qui est utilisé comme un filtre solaire et que l’on retrouve dans beaucoup de cosmétiques. Évidemment, les crèmes solaires, mais également, les crèmes hydratantes, les crèmes anti-âge ou les crèmes autobronzantes. Comme il résiste à l’eau, il est capable d’absorber les rayons UVB en toutes circonstances pour limiter les brûlures ou les coups de soleil. D’ailleurs, on retrouve l’octocrylène chez la plupart des grandes marques que ce soit Garnier, L’Oréal, Neutrogena, Bioderma, La Roche-Posay ou Uriage. Sauf que…

Les risques de l’octocrylène

D’une année sur l’autre, les crèmes solaires sont ressorties du placard et réutilisées ! Le souci, c’est que l’octocrylène se dégrade et se transforme en benzophénone, un perturbateur endocrinien cancérigène. Outre le danger pour la santé, il représente également un danger pour l’environnement puisqu’il est connu qu’il impacte le corail des fonds marins. En tous les cas, c’est ce que démontre la société américaine de chimie Chemical Research in Toxicology.

“Au départ, il y a très peu de benzophénone dans les produits. Mais progressivement, avec le vieillissement du produit, il y a de plus en plus de benzophénone (…) Des augmentations de benzophénone dépassant les 100% et même atteignant les 200% ont ainsi été observées”. Pour le moment, les premiers tests ont permis de conclure que cette molécule pourrait provoquer des lymphomes, des problèmes dermatologiques ou des cancers du foie. Voilà pourquoi, il ne faut surtout pas réutiliser les crèmes solaires de l’année passée et toujours veiller à lire la composition du produit pour vérifier la présence d’octocrylène à l’intérieur ! En revanche, gardez à l’esprit que l’utilisation des crèmes solaires reste indispensable puisqu’il n’y a qu’elles qui peuvent vous protéger efficacement des rayons UV.