Les données fiscales révèlent qu’Elon Musk n’a payé aucun impôt

Les super-riches comme Bill Gates et Warren Buffet paient un pourcentage d’impôts bien inférieur à celui des citoyens ordinaires aux États-Unis, selon un rapport.

Les personnes les plus riches des États-Unis paient très peu d’impôts par rapport à leurs revenus, et parfois même pas du tout, selon des dossiers obtenus par l’organisation de journalisme d’investigation ProPublica.

Le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, aujourd’hui le plus riche du monde, était déjà milliardaire en 2007, mais il n’a pas payé un seul centime d’impôt fédéral sur le revenu, un fait qui s’est répété en 2011.

La deuxième personne la plus riche, Elon Musk, fondateur de Tesla et SpaceX, n’a également payé aucun impôt sur le revenu en 2018.

Micheal Bloomberg, ancien maire de New York et cofondateur de l’agence financière et médiatique Bloomberg, l’investisseur Carl Icahn et George Soros ont réussi à faire la même chose une ou plusieurs fois ces dernières années.

Ces faits sont révélés dans un ensemble massif de données de l’Internal Revenue Service des États-Unis sur les contributions fiscales de milliers de personnes parmi les plus riches du pays sur une période de 15 ans.

Les données fournissent un aperçu sans précédent de la vie financière des magnats américains, dont Warren Buffett, Bill Gates, Rubert Murdoch et Mark Zuckerberg, révélant non seulement leurs revenus ou les impôts payés, mais aussi leurs investissements, leurs actions en bourse et même les résultats de leurs audits.

De nombreux Américains paient un pourcentage croissant de leurs revenus au fur et à mesure que leur richesse s’accumule. Ces dernières années, le ménage moyen gagnait environ 70 000 dollars par an et payait 14 % d’impôts fédéraux. L’impôt sur le revenu le plus élevé, à 37 %, a été introduit cette année pour les couples dont les revenus dépassent 628 300 dollars par an.

Les données confidentielles obtenues par ProPublica soulignent que les ultra-riches contournent efficacement ce système fiscal, en tirant parti de dispositifs d’évitement fiscal inaccessibles aux personnes ordinaires.

Selon Forbes, les 25 personnes les plus riches des États-Unis ont vu leur fortune collective augmenter de 401 milliards de dollars entre 2014 et 2018. Au cours de cette période, ils ont payé un total de 13,6 milliards de dollars en impôts fédéraux sur le revenu, selon les données fiscales, ce qui représente seulement 3,4 %.

Warren Buffett, président et directeur général du conglomérat financier Berkshire Hathaway, est le champion de l’évasion fiscale, bien qu’il se soit publiquement prononcé en faveur d’une augmentation des impôts sur les riches. Sa richesse a augmenté de 24,3 milliards de dollars entre 2014 et 2018, alors qu’il a payé 23,7 millions de dollars d’impôts, soit 0,1 %.