Les entreprises délaissent les États-Unis et parient sur la Chine

Les entreprises tournent le dos aux États-Unis, profitant d’une économie chinoise en plein essor et d’une meilleure gestion de la pandémie de Covid-19.

Les investissements directs des entreprises aux États-Unis ont chuté de 49 % l’an dernier, pour atteindre 134 milliards de dollars, selon un rapport publié dimanche par la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement. En revanche, les investissements directs en Chine ont augmenté de 4 % pour atteindre 163 milliards de dollars en 2020.

Selon l’ONU, 2020 a été la première année de l’histoire où les investissements directs en Chine ont dépassé ceux des États-Unis. La Chine est aujourd’hui le plus grand bénéficiaire des investissements des entreprises dans le monde.

Bien que le Covid-19 ait été un facteur important dans la chute des investissements directs aux États-Unis – et dans la plupart des endroits du monde – la chute des investissements américains des entreprises a commencé bien avant la pandémie.

Après avoir atteint un sommet de 440 milliards de dollars en 2015 les investissements aux États-Unis ont connu une forte baisse. Les politiques commerciales de l’ancien président Donald Trump ont nui aux investissements, en particulier ceux de la Chine, qui ont connu la plus forte baisse des investissements au cours des dernières années. L’incertitude économique croissante dans le monde a également contribué à ce déclin.

Dans le même temps, la croissance économique de la Chine a contribué à l’envolée des investissements dans ce pays. L’économie chinoise a connu une croissance de 2,3 % l’année dernière, alors que la plupart des grandes économies mondiales se sont contractées. Le pays a mis en place des politiques strictes de confinement et de suivi de la population afin de contenir le virus.

Les investissements directs en Inde ont également grimpé fortement, passant de moins de 25 milliards de dollars en 2014 à 57 milliards de dollars l’année dernière, selon le rapport de l’ONU. Une grande partie de cette croissance est due à des politiques qui ont permis à des marques mondiales comme Ikea et Uniqlo d’ouvrir des magasins, ainsi qu’à la campagne “Make in India” de M. Modi pour développer la base manufacturière du pays.

Cela a permis à l’investissement direct de l’Inde de monter de 13 % en 2020.

La plupart des économies n’ont pas eu cette chance. Les investissements directs au Royaume-Uni et en Italie ont chuté de près de 100 %. Les investissements directs de la Russie ont chuté de 96 %, ceux de l’Allemagne de 61 % et ceux du Brésil de 50 %. L’Australie, la France, le Canada et l’Indonésie ont également connu une baisse à deux chiffres.

Dans l’ensemble, les investissements directs ont chuté de 42 % l’année dernière, atteignant leur niveau le plus bas depuis les années 1990, et de 30 % par rapport au niveau le plus bas atteint lors de la crise financière mondiale de 2008-2009.

Les Nations unies ont déclaré que les circonstances qui ont empêché le flux d’investissements directs vers les États-Unis et d’autres pays resteront en place cette année.

Les effets de la pandémie sur les investissements vont persister“, a déclaré James Zhan, directeur de la division des investissements de la CNUCED, dans un communiqué. “Les investisseurs resteront probablement prudents lorsqu’ils engageront des capitaux dans de nouveaux actifs productifs à l’étranger“.