Les mineurs de bitcoin quittent la Chine sur fond de débat sur l’impact environnemental

La migration des équipements miniers hors de Chine est déjà une réalité. Une grande partie des machines minières Bitcoin qui quittent le pays asiatique sont destinées à l’Amérique du Nord, à l’Europe ou à d’autres régions d’Asie centrale, comme le Kazakhstan.

Le rapport provient d’une série de tweets d’Edward Evenson, responsable du développement commercial chez Braiins, une société de minage numérique qui gère l’un des dix plus grands pools de minage de bitcoins actuels, Slush Pool.

Selon Edward Evenson, de nombreuses machines qui étaient déjà dédiées à l’extraction de bitcoins sont déplacées de la région du Xinjiang vers d’autres régions du continent asiatique. Pendant ce temps, les nouvelles machines sont expédiées directement par les fabricants Bitmain et MicroBT, principalement en Amérique du Nord.

Nombreux sont ceux qui ont prédit de fortes migrations de mineurs face à une éventuelle vague de répression du gouvernement chinois contre les exploitations minières du pays. Ce qui a généré une vague de peur dans le secteur et une chute brutale de la puissance de traitement des réseaux.

Toutefois, le dirigeant a déclaré qu’il ne s’agit pas d’une situation nouvelle, mais « de la poursuite d’une tendance déjà amorcée par les mineurs chinois, qui se sont étendus en Asie centrale, au Moyen-Orient, en Russie et, dans une moindre mesure, en Amérique du Nord. » Edward Evenson a ajouté que le total des mégawatts provenant du géant asiatique est équivalent à la capacité des mineurs de toute la région canadienne du Québec.

Tout comme diverses personnalités de l’environnement bitcoiner, Edward Evenson pense que cette distribution accrue est une bonne nouvelle pour le bitcoin et l’industrie minière. En particulier, lorsqu’il s’agit de remplacer l’énergie provenant principalement du charbon (comme c’est le cas en Chine) par des énergies renouvelables.

Précisément, la question de l’impact environnemental de l’exploitation minière du bitcoin est sur la table depuis quelques semaines. Notamment en raison des attaques d’Elon Musk. Elon Musk et Michael Saylor (MicroStrategy), ont formé le Bitcoin Mining Council, grâce auquel les principaux mineurs d’Amérique du Nord espèrent générer des politiques d’exploitation minière plus respectueuses de l’environnement.

Plus de distribution = un réseau plus décentralisé

« Le hashrate est de mieux en mieux réparti dans le monde, ce qui réduit les vecteurs d’attaque et apaise les inquiétudes concernant l’utilisation de l’énergie du charbon par le Xinjiang. Le moment est bien choisi compte tenu des développements récents sur la question de l’utilisation de l’énergie et de l’exploitation minière. » Edward Evenson, responsable du développement commercial chez Braiins.

Une puissance de traitement mieux répartie dans le monde réduit également la dépendance du réseau à l’égard d’une zone particulière. La majorité du taux de hachage se trouvant sur le territoire chinois, par exemple, le réseau Bitcoin a été victime de fortes baisses soudaines de la puissance de calcul accumulée pendant les saisons de fortes pluies dans les régions du géant asiatique où se trouve la plus forte concentration de machines de minage.

Bien que le mouvement des mineurs soit déjà en cours, Edward Evenson a prévenu que la migration ne se terminera pas à court terme. Selon ses estimations, il s’agit d’un long processus qui ne sera pas achevé avant la fin du premier trimestre de 2022.