Les stations de ski attendent la décision du gouvernement

Le gouvernement décidera d’ici mercredi si et quand les stations de ski pourront faire fonctionner leurs remontées mécaniques. Certains craignent qu’en cas de nouveau retard, la saison soit définitevement annulée.

« Le gouvernement est bien conscient que le secteur a besoin de clarté et nous nous sommes engagés à fournir cela pour le reste de la saison le plus rapidement possible« , a déclaré le secrétaire d’Etat au tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne.

« Le gouvernement doit nous faire savoir d’ici le 20 janvier si les remontées mécaniques peuvent ouvrir ou non« , indique Eric Bouchet, directeur de l’office du tourisme de la station Les2Alpes.

« Nous ne pouvons pas nous contenter de claquer des doigts et d’ouvrir, il faut une certaine planification. A un moment donné, il sera trop tard et cela ne vaudra plus la peine d’ouvrir« .

Certains prédisent que les remontées mécaniques pourraient fonctionner début février, d’autres pensent que le gouvernement ne donnera pas son accord car les facteurs qui ont causé la fermeture anticipée existent toujours.

Les cas de coronavirus en France restent obstinément élevés et dépassent largement l’objectif du gouvernement de 5 000 cas par jour.

Le tourisme d’hiver est vital pour l’économie de la montagne en France, avec environ 120 000 emplois en jeu. Février est le mois le plus chargé de la saison avec les vacances d’hivers – les stations réalisent normalement 35 % de leur chiffre d’affaires le mois suivant.

« Il est clair que si nous n’ouvrons pas en février, la saison est terminée, et les stations auront de réels problèmes de survie« , a déclaré Dominique Marcel, directeur général de la Compagnie des Alpes.

« C’est une question de vie ou de mort pour certaines parties – ce n’est pas une exagération ».

Si les stations font fonctionner leurs remontées mécaniques, on s’attend à ce que des milliers de personnes viennent skier et à ce que la propagation du virus augmente, mettant ainsi une pression supplémentaire sur un système médical déjà surchargé.

Début décembre, des manifestations contre les fermetures ont eu lieu dans de nombreuses stations, et les protestations se poursuivent en prévision de la décision de cette semaine.

La fermeture des remontées mécaniques à Noël et au Nouvel An a entraîné une baisse globale de 80% de l’activité économique des stations de ski par rapport à l’année précédente.

« Sans nos visiteurs étrangers, les vacances de Noël ont été beaucoup plus calmes que d’habitude avec une occupation moyenne sur les 2 semaines de 23%« , a déclaré Claire Burnett de l’office du tourisme de Chamonix.

A Chamonix, comme dans toutes les autres stations de ski françaises des Alpes et des Pyrénées, les bars et restaurants sont fermés, sauf pour les plats à emporter.

En cas de réouverture des remontées mécaniques, les stations de ski se concentreront sur le tourisme national a cause des restrictions liées a la circulation entre les pays.

« La conséquence de la non-ouverture est le risque de destruction définitive et irréversible de notre modèle économique« , a déclaré l’Association nationale des maires des stations de montagne, l’ANMSM.

« 70 ans de développement économique en montagne ne doivent pas être détruits en quelques mois« , a déclaré Jean-Luc Boch, maire de La Plagne et président de l’ANMSM.

Cependant, avec les cas élevés et les nouvelles variantes du virus en provenance du Royaume-Uni, de l’Afrique du Sud et du Brésil, il n’y a pas de fin à court terme à la propagation actuelle du coronavirus.