Les utilisateurs de Tinder pourront bientôt accéder à une base de données de vérification des antécédents.

Le propriétaire des applications de rencontres Tinder et Match vient d’annoncer un nouveau partenariat pour assurer la sécurité de ses utilisateurs. Match Group, qui possède Tinder, Match, OK Cupid, Hinge et plusieurs autres services, a investi dans Garbo, une plateforme de vérification des antécédents à but non lucratif fondée par des femmes.

Actuellement Garbo n’est disponible et ne se développe qu’aux Etats-Unis et le législateur français ne permet pas dans l’immédiat le développement d’une telle initiative.

Dans le cadre de l’accord, la plateforme de Garbo sera disponible pour les personnes utilisant les applications de Match Group, en commençant par Tinder plus tard cette année.

Si vous ne connaissez pas Garbo, sachez qu’elle a été fondée par Kathryn Kosmides, une “survivante de la violence sexiste” qui souhaitait faciliter la recherche d’informations sur les personnes avec lesquelles vous pouvez entrer en contact en ligne. La plateforme de Garbo regroupe de nombreuses sources de données pour fournir des détails sur un individu, notamment “les arrestations, les condamnations, les ordonnances restrictives, le harcèlement et d’autres crimes violents.” Le site de l’organisation indique que, souvent, il n’est même pas nécessaire de connaître tout l’historique d’une personne pour trouver des détails sur une personne – un prénom et un numéro de téléphone suffisent.

L’organisation collabore également avec des groupes de défense de l’égalité entre les races et les sexes afin de s’assurer que les inégalités du système judiciaire qui touchent de manière disproportionnée les personnes de couleur sont prises en compte. Par exemple, Garbo a récemment annoncé qu’elle excluait de sa plateforme les accusations de possession de drogue. L’une des raisons invoquées est que le taux d’emprisonnement des Afro-Américains pour possession de drogue est presque six fois supérieur à celui des Blancs.

La manière dont cette intégration fonctionnera reste à voir, mais il n’est pas difficile d’imaginer que Tinder sera en mesure d’interroger la base de données de Garbo et de montrer de manière proactive aux utilisateurs quand il trouve quelque chose dont ils pourraient vouloir être conscients. Il semble également probable que ces informations seront disponibles dans d’autres applications de Match Group à un moment donné, bien que l’on ne sache pas encore quand cela se produira. Garbo cite la sécurisation des services de covoiturage comme une autre initiative majeure de l’association, en plus de sa collaboration avec les services de rencontre. Nous ne serions donc pas surpris de voir un partenariat similaire apparaître entre Garbo et des sociétés comme Uber ou Lyft – mais pour l’instant, il commence avec Tinder.