L’OMS réagit à suspension du vaccin d’AstraZeneca dans plusieurs pays européens

Cette décision fait suite à des rapports faisant état de caillots sanguins chez des personnes ayant reçu le vaccin.

Des experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) examinent actuellement des rapports faisant état de la suspension, dans plusieurs pays de l’Union européenne, de l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca et de l’Université d’Oxford, a déclaré jeudi un porte-parole de l’agence.

Dès que l’OMS comprendra pleinement ce qui s’est passé, l’organisation annoncera immédiatement et publiquement ses conclusions ou toute modification des recommandations actuelles“, a-t-il déclaré.

Plusieurs pays européens, dont l’Autriche, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg et l’Italie, ont cessé d’utiliser certains lots du vaccin, tandis que le Danemark, la Norvège et l’Islande ont suspendu la vaccination jeudi.

La décision de ces pays fait suite à des rapports faisant état de caillots sanguins chez des personnes qui avaient reçu leur première dose.

Pour sa part, le fabricant a déclaré que la sécurité de son vaccin avait fait l’objet d’études approfondies lors d’essais cliniques sur l’homme et que des données indépendantes évaluées par des pairs avaient confirmé que celui-ci était généralement bien toléré.

Entre-temps, l’Agence européenne des médicaments a souligné que “rien n’indique actuellement que la vaccination ait provoqué ces affections, qui ne figurent pas sur la liste des effets secondaires de ce vaccin” et a qualifié la suspension de l’utilisation du médicament d’AstraZeneca de “mesure de précaution“.

Le régulateur européen a également soutenu l’utilisation du vaccin, affirmant que ses avantages “l’emportent” sur les risques, tout en soulignant qu’une “enquête approfondie” est en cours sur les rapports de caillots sanguins et d’autres effets secondaires chez les personnes qui l’ont reçu.