Mon-livret.fr Crypto L’utilisation clandestine de bitcoins en Chine en hausse après les interdictions

L’utilisation clandestine de bitcoins en Chine en hausse après les interdictions

Après que les institutions financières chinoises ont récemment interdit l’utilisation du bitcoin et des crypto-monnaies dans les services de paiement, les fonds d’investissement et l’épargne, leur utilisation clandestine a augmenté, selon certains rapports. Le gouvernement chinois considère les crypto-actifs comme un risque car ils ne sont “pas adossés à une valeur réelle” et en raison de leur forte volatilité sur le marché.

En ce sens, les plateformes de gré à gré de crypto-monnaies ont connu un essor dans la nation asiatique, installées depuis 2017 lorsque les échanges nationaux ont été interdits. Selon un rapport de Bloomberg, ce type de plateformes, qui opèrent de manière clandestine, ont augmenté leurs opérations depuis lors.

Depuis le début du mois de mai, date à laquelle cette interdiction a été annoncée, le fait que le taux de change entre le yuan chinois et le stablecoin Tether ait chuté de pas moins de 4,4 % est devenu un indicateur au sein de la population. Après cet avertissement des autorités locales, il a récupéré plus de la moitié de la perte, selon la plateforme de données cryptographiques Feixiaohao, un équivalent chinois de CoinMarketCap.

Ce mouvement a également donné lieu à une prolifération de plateformes locales OTC (Over The Counter), que l’on peut traduire par “de gré à gré”, ainsi que de réseaux peer-to-peer. En raison de la nature difficile à tracer de ces plateformes, les autorités locales pourraient avoir du mal à faire respecter une interdiction générale.

Les pertes et la répression des crypto-monnaies

Bloomberg a interrogé un homme identifié comme “Charles” sur les pertes dues à la récente chute des prix et à la censure des crypto-monnaies en Chine. Ce consultant en immobilier de 35 ans, basé à Shanghai, a déclaré que ces questions n’avaient pas d’importance pour lui. Il a affirmé acheter des crypto-monnaies depuis 2017 et a affirmé avoir perdu 11 millions de dollars en trois jours lors du récent repli. Il a ajouté : “Pour moi, c’est rendre les gains que j’ai faits au cours des derniers mois.“et d’ajouter “Je regarde l’horizon de 10 à 20 ans“.

Séparément, les médias d’État chinois soulignent qu’avant que les autorités locales n’interdisent les échanges de crypto-monnaies en 2017, les investisseurs possédaient environ 7 % du bitcoin mondial et représentaient environ 80 % des échanges.

L’interdiction des échanges a rendu impossible la mesure de ces chiffres aujourd’hui, mais il est encore largement admis que les investisseurs chinois ont une présence significative dans le monde des crypto-monnaies par le biais de plateformes nationales de gré à gré et d’échanges dans d’autres juridictions auxquels ils accèdent en utilisant des réseaux privés virtuels.

La Chine a interdit le bitcoin à sept reprises

Depuis 2013, la nation asiatique a restreint au moins sept fois tout type d’échange, de commercialisation ou de promotion du bitcoin ou d’autres crypto-monnaies.

La Chine entretient une relation tendue avec la BTC en tant que crypto-monnaie, mais s’est montré plus flexible en matière de minage numérique. Toutefois, ce dernier aspect de l’industrie commence également à changer avec de nouvelles dispositions dans la région de la Mongolie intérieure, par exemple.

Les restrictions chinoises sur le commerce du bitcoin et d’autres crypto-monnaies pourraient affecter son innovation commerciale, a estimé Sheila Warren, qui a dirigé le Forum économique mondial (WEF) sur la blockchain et les actifs numériques en mai 2021.

Sheila Warren, directrice adjointe du Centre pour la quatrième révolution industrielle au WEF, a déclaré que le développement des projets blockchain en Chine a été lent, et pourrait l’être encore plus après les récentes mesures limitant les échanges de crypto-monnaies.