Malgré la crise du COVID les discussions sur la réforme des retraites reprennent

En raison de la crise sanitaire, le dossier « réforme des retraites » s’est vu suspendu pour une date indéterminée. La raison de cette suspension est tout simplement la crise sanitaire liée à l’épidémie de la COVID-19 qui fait actuellement des victimes non seulement en France, mais aussi dans le monde entier. Mais heureusement, le gouvernement a décidé de rouvrir ce dossier explosif.

Préparer la troisième « conférence du dialogue social »

Il y a eu de nouvelles concertations le jeudi 21 janvier entre le Premier ministre, Jean Castex, et les partenaires sociaux sur le dossier prioritaire du quinquennat. Il s’agit d’abord du président de la confédération des PME (Petites et Moyennes Entreprises) François Asselin et le lendemain (22 janvier), le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger. Précisons que ces deux rencontres et celles bilatérales qui suivront n’étaient pas prévues.

Leur objectif est tout simplement de préparer la troisième « conférence du dialogue social » de mars. Non seulement ça, d’autres sujets seront également évoqués à l’exemple de la réforme de l’assurance-chômage, le dispositif d’activité partielle ou encore le recours au télétravail. Pour ce qui est de la réforme de l’assurance-chômage, le dialogue est pour le moment reporté jusqu’au 1er avril 2021.

Les conditions sont-elles réunies pour la reprise de la réforme ?

En effet, pendant que l’exécutif avance prudemment sur le sujet de retraites, d’autres personnes comme Bruno Le Maire optent plutôt pour une rupture immédiate. En effet, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance clamait que la réforme des retraites ne devait pas servir à pénaliser les Français, mais tout simplement à aider les concernés à pouvoir offrir le même niveau de vie à leurs progénitures.

Bruno Le Maire poursuit en disant que c’est une priorité au sens où les Français doivent globalement travailler davantage. Toujours selon le ministre, le français n’a plus cette envie de travailler suffisamment dans l’optique de financer son système de protection sociale, et pas que ça. Le niveau de vie des enfants et des petits-enfants est également concerné.

Il conclut en souhaitant que la solution soit trouvée à un certain nombre de difficultés structurelles du modèle français, y compris les retraites. Bien sûr, ce sera une période après les difficultés économiques et la stabilité de la croissance du pays.

Pendant que Bruno Le Maire penche du côté du gouvernement pour la réouverture du dossier de retraites, des personnes comme Laurent Pietraszwski disent plutôt « Non ». Pour ces personnes, les conditions ne sont pas encore réunies pour la reprise de la réforme.