Activité industrielle, emploi et pauvreté du travail

La baisse mensuelle de l’activité industrielle au Mexique a commencé en février, avec une baisse de (-) 0,4% due à la suspension des activités industrielles et manufacturières dans les pays déjà confrontés à la pandémie et ayant mis en place des mesures d’endiguement pour éviter la contagion.

La plus forte baisse mensuelle s’est produite en avril, le premier mois complet avec des mesures de distance satisfaisantes au Mexique et un mois au cours duquel la plupart des activités économiques considérées comme non essentielles ont été suspendues; Au cours de cette période, l’activité industrielle s’est contractée de (-) 25,9% par rapport à mars, la plus forte contraction d’un mois à l’autre de l’histoire.

Cependant, les informations de juin montrent l’impact de la réouverture progressive des activités non essentielles dans tout le pays, en particulier dans les activités manufacturières, dont l’activité a augmenté de 26,7% de mois en mois.

Ces résultats se reflètent également dans les chiffres de l’emploi les plus récents: l’INEGI a signalé qu’en juin, 4,7 millions de personnes ont rejoint la population active (3 millions de personnes l’ont fait dans des emplois informels et 1,7 dans des emplois formels).

Ainsi, une partie de la population du pays a récupéré une partie de son revenu du travail antérieur, ce qui a contribué à une réduction du niveau de pauvreté au travail – définie comme la situation de personnes qui ne peuvent pas acquérir la valeur d’un panier alimentaire de base le revenu de travail de votre domicile; Alors qu’en mai le Coneval estimait que 54,9% de la population se trouvait dans cette situation, en juin la proportion est tombée à 48,1%.