L’augmentation des cas en Europe fait craindre une deuxième vague de coronavirus

Le Royaume-Uni a notifié 18 décès du COVID-19 jeudi, après un changement de méthodologie pour compter les décès qui a supprimé 5377 décès du registre officiel.

À compter de ce jeudi, les autorités britanniques ne compteront comme décès par coronavirus que ceux survenus dans un délai de 28 jours depuis que le patient a été testé positif, un critère déjà utilisé en Écosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord. , mais pas en Angleterre.

Avec cette modification, le total cumulé des décès au Royaume-Uni depuis le début de la pandémie est passé de 46 706 hier à 41 347 signalés aujourd’hui.

Le gouvernement central n’a pas reçu de données sur les cas positifs en Angleterre, il n’a donc pas mis à jour le nombre de nouvelles infections dans le pays dans son ensemble.

Après deux jours consécutifs au-dessus de 1 000 infections par jour, le total des infections dans le pays depuis le début de la pandémie reste à 313 798.

L’augmentation des cas est généralisée sur le continent. En Italie, 523 positifs ont été enregistrés, contre 481 mercredi, alors qu’il y a eu six autres décès.

Avec les nouveaux positifs, un total de 252 235 personnes infectées ont été détectées dans le pays depuis le début de l’urgence le 21 février, avec les premiers cas locaux dans la région nord de la Lombardie.

Le Portugal a signalé six nouveaux décès et 325 infections supplémentaires, dont 204 dans la région de Lisbonne, et le pays a un total cumulé de 1 770 décès et 53 548 infections.