Plongeon du bitcoin : l’hiver des crypto-monnaies est-il proche ?

Douche froide sur les crypto-monnaies. “Ce ne sont pas de vraies monnaies“. “Ils ne peuvent pas être utilisés comme moyen de paiement“. “Ils font l’objet de spéculations.” “Ils ont perturbé l’ordre économique et financier normal“.

Ce sont des mots qui pèsent comme des pierres. Cette fois, ce jugement sévère vient de la Chine, accessoirement le pays du monde où l’on extrait le plus de bitcoins. Les autorités du pays ont interdit aux entités financières et de services de paiement concernées de prendre part au commerce des crypto-monnaies, ont rapporté la China Internet Finance Association, la China Banking Association et la China Payments and Settlement Association.

“Nous nous dirigeons vers l’hiver des crypto-monnaies et c’est une chose normale”, déclare l’experte Victoria Gago.

Ces restrictions ont déclenché une panique  sur les marchés et sont venues faire chuter le bitcoin de 31%, pour toucher la limite des 30 000 dollars, le niveau le plus bas depuis trois mois et demi. Ils ont fait disparaître environ 150 milliards de dollars de capitalisation, même si en milieu d’après-midi, la monnaie a pu regagner un peu de terrain.

Depuis les sommets atteints le 14 avril (plus de 64 000 dollars), la célèbre crypto-monnaie a perdu près de la moitié de sa valeur. Après le dérapage qu’il a subi en début de semaine, alors qu’Elon Musk a mis en cause sur les réseaux sociaux sa consommation d’énergie et son impact environnemental, selon toute vraisemblance, le bitcoin va clôturer son premier mois en négatif, ce qui n’était pas arrivé depuis novembre 2018. “C’est quelque chose de tout à fait normal dans cette phase de développement de la technologie, nous n’en sommes encore qu’au premier jour“, explique Victoria Gago, professeur au sein du master en blockchain de Three Points et promotrice de la convention européenne sur la blockchain.

Je pense que nous nous dirigeons maintenant vers un cryptowinter, un hiver des crypto-monnaies. Après des mois d’euphorie, la correction arrive. C’est déjà arrivé en décembre 2017, ce n’est pas nouveau, ça arrive tous les deux-trois ans“, souligne-t-elle.

Les hausses précédentes étaient également motivées par la crainte des investisseurs de ne pas profiter de l’attraction, et beaucoup d’entre eux n’ont peut-être pas tenu compte du fait qu’elle est très volatile“, souligne-t-elle. Pour Victoria Gago, dans le cas de la Chine, il existe également plusieurs facteurs qui n’ont pas nécessairement à voir avec la mise en garde contre les risques spéculatifs. “Ils travaillent sur leur propre monnaie numérique et cela les dérange de ne pas avoir le contrôle sur une monnaie comme le bitcoin, d’où leur position plus rigide“, conclut-elle.