Plus de 1 000 personnes arrêtées en Chine suite à des allégations de blanchiment d’argent à l’aide de cryptomonnaies

Les autorités chinoises ont arrêté 1 100 personnes dans une tentative coordonnée de réprimer un réseau de criminels qui blanchissaient illégalement de l’argent en achetant des cryptomonnaies.

Le ministère chinois de la Sécurité publique a annoncé la détention des 1 100 criminels dans un communiqué publié mercredi, révélant la dernière mesure prise par les autorités alors que la Chine continue de cibler l’industrie des cryptomonnaies.

La police allègue que le réseau de criminels a utilisé des cryptomonnaies pour blanchir de l’argent obtenu illégalement pour le compte de clients, recevant une commission sur les recettes pour leur travail. Les autorités n’ont pas précisé combien d’argent était impliqué dans l’opération criminelle.

Certaines régions de Chine, dont la Mongolie intérieure et le Qinghai, ont interdit l’extraction de cryptomonnaies, estimant que cette activité viole les objectifs annuels de consommation d’énergie.

À l’heure actuelle, les mines de bitcoin en Chine sont à l’origine d’environ 80 % de l’ensemble du commerce mondial des cryptomonnaies, ce qui fait de la nation un élément clé du processus dans l’industrie numérique. Malgré cela, les autorités chinoises ont ciblé la crypto sur des préoccupations concernant son implication dans des activités illégales, y compris le blanchiment d’argent.

La région asiatique représente également huit pour cent de la puissance de calcul nécessaire pour faire fonctionner la blockchain mondiale utilisée pour enregistrer et faciliter les transactions en bitcoins – une quantité plus importante que l’ensemble des États-Unis.

Plus tôt cette année, la Chine a formellement interdit les échanges de cryptomonnaies et a empêché les institutions financières et les sociétés de paiement d’offrir des services liés aux transactions en monnaie numérique. Cette mesure fait suite à l’interdiction, en 2019, du commerce intérieur des cryptomonnaies. Les citoyens chinois ne sont pas actuellement interdits de posséder eux-mêmes des cryptomonnaies.