Plus de 75 % de l’extraction du bitcoin se fait en Chine !

Selon un article publié par la revue Nature, cette activité, avec le matériel utilisé en permanence, a entraîné une consommation d’énergie importante qui atteindrait un pic en 2024.

Un récent rapport publié dans la revue scientifique Nature indique que 75 % de l’extraction de bitcoins (BTC) se fait en Chine et que cela pourrait devenir un problème énergétique, en raison des émissions de carbone liées à cette activité.

Bien que l’algorithme Proof of Work (PoW) utilisé pour le minage ait permis à la blockchain BTC de fonctionner de manière relativement stable, plusieurs comportements inattendus ont été détectés. Tout d’abord, l’article note que l’incitation financière attrayante que représente le minage des crypto-monnaies en plein essor a entraîné une “course à l’armement” matérielle dans cette activité, qui a évolué.

Au départ, les mineurs utilisaient une unité centrale de base provenant d’ordinateurs à usage général. Ensuite, on a commencé à utiliser davantage de GPU (Graphics Processing Unit), avec plus de puissance et des taux de hachage (les adresses ou codes générés) plus élevés. Enfin, on a introduit des circuits intégrés spécifiques à une application (ASIC impliquant une segmentation de la puce) qui sont optimisés pour effectuer des calculs de hachage. En bref, ce sont des circuits plus puissants que les GPU.

Selon Nature, l’activité de minage de BTC et le matériel utilisé pour le minage ont entraîné une consommation d’énergie importante. À cet égard, il note que la consommation d’énergie croissante et les impacts environnementaux de la blockchain de la crypto-monnaie ont posé des problèmes à de nombreux pays, notamment la Chine.

En raison de la proximité des fabricants de matériel spécialisé et de l’accès à une électricité bon marché, la majeure partie du processus d’extraction minière a été réalisée en Chine, les mineurs du pays représentant plus de 75 % du réseau Bitcoin. Il s’agit donc de l’un des pays les plus gros consommateurs d’énergie de la planète.

La publication de Nature explique que, sans les interventions et les politiques adéquates, l’exploitation intensive de la blockchain Bitcoin en Chine peut rapidement devenir une menace susceptible de saper l’effort de réduction des émissions de carbone mené dans le pays.

À cet égard, en analysant les flux d’émissions de carbone provenant du fonctionnement de la blockchain Bitcoin en Chine à l’aide d’un modèle basé sur la simulation, les chercheurs travaillant sur le document ont constaté que, sans aucune intervention politique, la consommation annuelle d’énergie de la blockchain Bitcoin en Chine devrait atteindre un pic en 2024, consommant environ 297 térawatts par heure et générant environ 130 millions de tonnes métriques d’émissions de carbone.

De son côté, la société britannique Argo Blockchain, spécialisée dans l’exploitation minière du bitcoin, a réalisé un rapport qui suggère également que 75 % de l’exploitation minière du bitcoin se fait en Chine, où sont fabriquées les “pièces de sang“, c’est-à-dire la production de bitcoins exploités à l’aide de combustibles fossiles.

Le réseau Bitcoin consomme annuellement plus d’énergie que l’ensemble de l’Argentine, selon l’Université de Cambridge dans une étude dans laquelle elle a mesuré l’énergie utilisée par le système de crypto-monnaie. En comparant la consommation d’énergie par pays, le document montre que “le réseau Bitcoin consomme 121,36 TWh tandis que la consommation de l’Argentine est de 121 TWh, ce qui la place au 31e rang du classement mondial de la consommation d’énergie“, un classement qui est mené par la Chine avec 5 564 TWh et les États-Unis avec 3 902 Twh.