Pour le FMI l’avenir économique mondial est très incertain

Kristalina Georgieva, présidente du Fonds monétaire international, a déclaré que les perspectives économiques mondiales restent très incertaines en raison de la pandémie de coronavirus, et qu’une divergence croissante entre les pays riches et les pays pauvres oblige le FMI à trouver davantage de ressources.

Kristalina Georgieva a déclaré aux journalistes qu’une nouvelle allocation de la propre monnaie du FMI, les droits de tirage spéciaux (DTS), contribuerait à donner aux pays une plus grande marge de manœuvre budgétaire pour faire face à la crise sanitaire et passer à une économie plus numérique et plus verte.

Sous le gouvernement du président sortant Donald Trump, les États-Unis, le plus grand contributeur au FMI, ont bloqué une telle décision, arguant qu’elle donnerait plus de ressources aux pays riches car les allocations seraient proportionnelles aux parts. La ministre suédoise des finances, Magdalena Andersson, nouvelle présidente du comité directeur du FMI, qui s’est exprimée aux côtés de Mme Georgieva lors d’une conférence de presse en ligne, a déclaré qu’il était clair que le besoin de liquidités restait important et qu’elle consulterait les pays membres sur les possibilités d’accroître les liquidités.

Mme Georgieva a déclaré que le FMI allait très rapidement augmenter les financements pour les marchés émergents et les économies en développement, notamment par le don de quelque 20 milliards de dollars en DTS existants. Cela continuera de jouer un rôle important, mais d’autres mesures sont nécessaires, a-t-elle dit.

Il sera toujours aussi important, et même plus important, que nous soyons en mesure d’accroître notre capacité à soutenir les pays qui ont été laissés pour compte“, a déclaré Mme Georgieva. Les membres du FMI n’ont jamais retiré l’option d’une nouvelle allocation de DTS, un peu comme une banque centrale qui imprime de la monnaie, a-t-elle dit, ajoutant que certains membres continuaient à discuter d’une telle possibilité, mais qu’avec la nouvelle administration de Joe Biden, les chances de succès de ce plan de soutien et de relance puisse réussir.