Pourquoi le prix du bitcoin et des autres cryptomonnaies est-il en baisse ?

Le prix du bitcoin a chuté jusqu’à 29 % mercredi après que l’Association bancaire chinoise ai mis en garde les banques chinoises contre les risques associés aux monnaies numériques. D’autres monnaies numériques ont également subi de fortes baisses.

La volatilité du bitcoin a été mise en évidence : La baisse s’était réduite à moins de 10 % en début d’après-midi. Le bitcoin a perdu environ 40 % de sa valeur depuis le 13 avril, date à laquelle il a atteint un sommet de plus de 64 606 dollars.

Avant mercredi, la décision de Tesla de ne plus accepter la monnaie numérique comme moyen de paiement pour ses voitures, ainsi que les inquiétudes concernant une réglementation plus stricte des monnaies numériques, ont été les principaux facteurs de la baisse. Le prix est encore en hausse d’environ 31% en 2021 et de près de 300% par rapport à il y a un an.

Voici un aperçu du bitcoin et des monnaies numériques en général :

Qu’est-il arrivé au prix ?

Mercredi, une déclaration publiée sur le site de l’Association bancaire chinoise a déclaré que les institutions financières devraient “s’abstenir résolument” de fournir des services utilisant des monnaies numériques en raison de leur volatilité.

Pratiquement toutes les cryptomonnaies ont chuté après la déclaration chinoise. Le bitcoin s’est effondré à 30 202 dollars avant de se redresser à 38 038 dollars, en baisse de 12 % sur la journée, selon Coindesk. La plupart des cryptomonnaies ont perdu entre 10 % et 40 %.

La valeur du bitcoin peut changer de plusieurs milliers de dollars en un court laps de temps. Lors du dernier jour de négociation de 2020, le bitcoin a clôturé juste sous les 30 000 dollars. À la mi-avril, il a flirté avec les 65 000 dollars. Le prix a ensuite rebondi, avec quelques fluctuations notables, avant de prendre un virage résolument négatif la semaine dernière.

Elon Musk n’a-t-il pas un rôle à jouer ici ?

Oui, et un rôle assez important. Musk a annoncé en février que Tesla avait investi 1,5 milliard de dollars dans le bitcoin. En mars, Tesla a commencé à accepter les paiements en bitcoins. Ces actions ont contribué à l’envolée du cours du bitcoin, et Musk a également fait la promotion du Dogecoin, dont la valeur a également grimpé en flèche.

Cependant, Musk a fait volte-face en peu de temps, en déclarant la semaine dernière que Tesla cesserait d’accepter les bitcoins en raison des dommages environnementaux potentiels que peut causer l’extraction de bitcoins. Cette annonce a fait chuter le bitcoin sous la barre des 50 000 dollars et a donné le ton à l’important repli de la plupart des cryptomonnaies.

Un certain nombre de partisans du bitcoin ont contesté le raisonnement de Musk. Un autre milliardaire, Mark Cuban, a déclaré que l’extraction de l’or est beaucoup plus dommageable pour l’environnement que l’extraction du bitcoin.

Une étude réalisée en 2019 par l’Université technique de Munich et le Massachusetts Institute of Technology a révélé que le réseau Bitcoin génère une quantité de CO2 similaire à celle d’une grande ville occidentale ou d’un pays en développement entier comme le Sri Lanka. Mais une étude de l’Université de Cambridge a estimé l’an dernier qu’en moyenne, 39 % du minage de crypto-monnaie “proof-of-work” était alimenté par des énergies renouvelables, principalement l’énergie hydroélectrique.

Mais certaines entreprises utilisent le bitcoin ?

La société de paiement numérique Square et son PDG Jack Dorsey – également PDG de Twitter – ont été de grands défenseurs du bitcoin. Overstock.com accepte également le bitcoin, et en février, BNY Mellon, la plus ancienne banque des États-Unis, a déclaré qu’elle inclurait les monnaies numériques dans les services qu’elle propose à ses clients. Et Mastercard a déclaré qu’elle commencerait à prendre en charge “certaines crypto-monnaies” sur son réseau.

Le bitcoin est devenu suffisamment populaire pour que plus de 300 000 transactions aient lieu au cours d’une journée moyenne, selon le site blockchain.info, qui propose des portefeuilles de bitcoins. Pourtant, sa popularité est faible par rapport à l’argent liquide et aux cartes de crédit.

Le bitcoin suscite le scepticisme ?

Oui, beaucoup. Il est évidemment plus facile de suivre le cours du bitcoin que d’essayer de déterminer sa valeur, c’est pourquoi tant d’institutions, d’experts et de traders sont sceptiques à son sujet et à celui des cryptomonnaies en général. Les monnaies numériques étaient considérées comme des substituts de la monnaie papier, mais cela ne s’est pas produit jusqu’à présent.

Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a déclaré que la banque centrale préfère appeler les crypto-monnaies “crypto-actifs“, car leur volatilité nuit à leur capacité à stocker de la valeur, une fonction de base d’une monnaie.

Si certaines banques et sociétés de services financiers se lancent dans l’aventure, d’autres restent à l’écart.

Un effondrement de la monnaie numérique pourrait-il causer des dommages économiques plus importants ?

Les régulateurs ne sont pas très inquiets de voir un éventuel effondrement des monnaies numériques entraîner le reste du système financier ou de l’économie.

Même avec la récente liquidation, les monnaies numériques ont une valeur marchande d’environ 1,5 billion de dollars, selon le site web coinmarketcap.com. Mais ce chiffre est dérisoire comparé aux 46 900 milliards de dollars du marché boursier, aux 41 300 milliards de dollars du marché immobilier résidentiel et aux près de 21 000 milliards de dollars du marché du Trésor au début de l’année.

La Banque centrale européenne a déclaré mercredi que le risque que les cryptomonnaies affectent la stabilité du système financier semblait “limité à l’heure actuelle“. Cela s’explique en grande partie par le fait qu’elles ne soient pas encore largement utilisées pour les paiements et que les institutions relevant de sa compétence sont encore peu exposées aux instruments liés aux crypto-monnaies.

Au début du mois, la Réserve fédérale a indiqué que, selon une enquête menée auprès de ses interlocuteurs sur le marché, environ un sur cinq a cité les cryptomonnaies comme un choc potentiel pour le système au cours des 12 à 18 prochains mois. Il s’agit d’un revirement par rapport à l’automne, où une enquête similaire n’avait trouvé aucune mention des cryptomonnaies.

Quelle est l’ampleur de la surveillance ?

Les responsables de Washington ont parlé de réglementer davantage les monnaies numériques, et les craintes d’une législation (et fiscalisation) plus lourde ont joué un rôle dans la récente chute des prix.

Gary Gensler, qui a pris la présidence de la Securities and Exchange Commission le mois dernier, a déclaré que les marchés des cryptomonnaies bénéficieraient d’une surveillance accrue pour protéger les investisseurs.

Lors d’une audition devant la commission des services financiers de la Chambre des représentants au début du mois, M. Gensler a déclaré que ni la SEC ni la Commodity Futures Trading Commission, qu’il dirigeait auparavant, ne disposent encore d’un “cadre réglementaire” pour les échanges de cryptomonnaies. Il a ajouté qu’il pensait que le Congrès devrait finalement se pencher sur la question car “il n’y a pas vraiment de protection contre la fraude ou la manipulation”.