Quelles sont les cryptomonnaies plus “vertes” que le Bitcoin ?

Elon Musk a révélé que Tesla allait cesser toutes les transactions en BTC en raison de préoccupations environnementales. L’entreprise devrait se tourner vers des cryptomonnaies plus efficaces sur le plan énergétique.

Elon Musk a provoqué une onde de choc sur les marchés des crypto-monnaies en révélant que Tesla n’acceptera plus aucun paiement en BTC jusqu’à ce que l’extraction du bitcoin ne devienne plus durable sur le plan environnemental. Tesla va donc s’intéresser à “d’autres cryptomonnaies” qui utilisent moins de 1% de l’énergie du Bitcoin par transaction.

Selon une analyse des centres de données TRG, on estime que le bitcoin utilise en moyenne environ 700 KWh par transaction. Le Bitcoin consomme à peu près autant d’énergie chaque année que les Pays-Bas.

Ethereum et PoS

Ethereum consomme environ 62,56 KWh par transaction. Le réseau Ethereum est actuellement sécurisé par la même méthode de consensus inefficace en énergie que le Bitcoin – Proof-of-Work, ou PoW, mais la technologie mise en place est plus efficace que celle du Bitcoin.

Toutefois, ces problèmes devraient être résolus avec la prochaine transition du réseau vers ETH 2.0, qui introduira la Proof-of-Stake, ou PoS. Selon Nimbus, le consensus PoS est estimé être 99% plus efficace en termes d’énergie que le PoW.

Mais toutes les chaînes Proof-of-Stake sont sans doute 99% plus efficaces que le Bitcoin, donc Tesla pourrait choisir n’importe laquelle d’entre elles, de Solana à Cardano, et tout ce qui se trouve entre les deux.

Ripple

Ripple (XRP) pourrait être le choix de Tesla dans l’immédiat, car tous les jetons XRP ont été pré-minés et les transactions XRP consomment une quantité minuscule d’énergie, à peine 0,0079 KWh selon les centres de données TRG. Ripple publie régulièrement des articles de blog et des communiqués vantant son efficacité énergétique par rapport aux blockchains Proof-of-Work.

Stellar

Stellar Lumens (XLM) suit également le modèle de XRP puisque tous ses jetons ont été frappés à la genèse. Le réseau utilise également le protocole de consensus Stellar, ou SCP, pour l’authentification des transactions qui, selon les dires, nécessite moins d’énergie que les modèles de mise PoW et PoS.

Algorand

Algorand pourrait être un concurrent. Non seulement elle fonctionne sur le modèle de la pure preuve d’enjeu, mais l’équipe a annoncé que sa blockchain était devenue entièrement neutre en carbone le 22 avril. Algorand s’est également associé à la société espagnole ClimateTrade, qui construit une place de marché du CO2 permettant aux entreprises de suivre leurs émissions en vue d’atteindre des objectifs durables. Les deux entreprises travailleront ensemble pour mettre en œuvre un oracle de durabilité afin de rendre le réseau neutre en carbone.

Dogecoin

Dogecoin, la pièce favorite d’Elon Musk, pourrait être le cheval noir (chien noir ?) de cette course. Cette monnaie mème s’appuie en effet sur le réseau Litecoin, qui utilise la méthode de preuve de travail. Mais alors que l’extraction du Bitcoin utilise l’algorithme ultra-complexe SHA-256, le Dogecoin et le Litecoin sont extraits à l’aide de Scrypt, qui est économe en énergie et plus rapide. Il est intéressant de noter que si TRG Data centers estime la consommation d’énergie du LTC à 18,522 KWh par transaction, celle du Dogecoin est estimée à seulement 0,12 KWh par transaction.

Musk s’est peut-être penché sur ces estimations lorsqu’il a lancé un sondage sur Twitter cette semaine, demandant si Tesla devait commencer à accepter les paiements en Dogecoin.