Retraites : Le patron du Medef souhaite la mise en place des réformes avant 2022

La réforme des retraites annoncées depuis des mois fait l’objet de grands débats ces derniers jours. Les urgences sociales conjuguées au temps de la crise sanitaire mettent en profonde cogitation les différents acteurs de ce projet, mais aussi les principaux concernés.

La relance des réformes du système des retraites

La question qui est récurrente actuellement est de savoir si la relance des réformes du système des retraites est opportune en elle-même avant l’année 2022. À l’heure actuelle, Geoffroy Roux de Bézieux pense qu’il est impossible de penser à installer un système présentant des points. Ce qu’il faudrait faire est d’acter pour la réduction du déficit présent dans le système actuel. C’est bien la partie de la réforme qui est applicable à l’heure actuelle. Cette position de l’homme fort du Medef a été relayée dans les lignes du journal régional des éditions du groupe Ebra.

Préférant user de la pédale douce dans le procédé de la réforme, Monsieur Roux de Bézieux préconise une action plus profonde. En effet, la crise sanitaire due à la pandémie de la Covid-19 aura permis à toutes les parties prenantes de cette réforme d’en déceler toute la complexité et le caractère anxiogène de ses rouages. Le retour de la croissance en France pourra être l’élément déclencheur et la condition de base pour que le Medef se lance courageusement dans ce projet de réforme.

Il faut aussi savoir que le volet des finances de la réforme comporte de nombreux nœuds. En effet, la nécessité de la prise en compte des pensions dans la réforme est avérée. Cette dernière touche les finances publiques, mais aussi la crédibilité de système social au regard des institutions internationales. Les normes supranationales et les institutions interétatiques de coopérations mettent un point d’honneur sur le suivi rigoureux des réformes et sur la tactique. Avec cette dernière les gouvernants à divers niveaux se chargent de l’insérer dans le droit positif.

Les effets de la crise sanitaire

Quelles qu’en soient les motivations, cette réforme n’est pas abordable dans les conditions de restrictions créées par la crise sanitaire. Cette dernière à entraîner des mesures qui englobent la vie sociale, économique des travailleurs.

L’état est alors tourné vers la protection des travailleurs dans la perspective de faire sortir la population active de France avec le moins de séquelles et de dettes possibles. Ce n’est qu’après ça que les autorités pourront envisager la mise en route efficace des réformes.

Le gouvernement a dernièrement relancé le débat en son sein, mais même là un consensus équitable n’a pas été trouvé pour la mise en priorité de ce projet. Il faut se faire à l’idée que l’année 2022 sonnera une ère nouvelle pour la réforme des retraites.