Solana (SOL) consomme moins d’énergie que deux recherches sur Google

Le rapport sur l’énergie de la Fondation Solana affirme qu’une transaction effectuée sur la blockchain Solana consomme comparativement moins d’énergie que celle utilisée pour charger un téléphone.

Le réseau de blockchain Solana a divulgué des résultats clés mettant en évidence la rapidité de traitement du réseau et sa consommation d’énergie minimale dans son rapport énergétique pour le mois de novembre.

La fondation Solana a affirmé qu’une transaction traitée sur Solana consomme moins d’énergie que deux recherches Google, ce qui en fait l’un des réseaux les plus rapides pour effectuer des transactions en crypto-monnaie.

Fondé en 2019, l’écosystème blockchain de Solana (SOL) s’est rapidement imposé comme l’un des réseaux de preuve d’enjeu les plus populaires, avec un record de traitement de 50 000 transactions par seconde.

Solana sur la consommation d’énergie durable

Le rapport souligne les efforts de collaboration de la fondation Solana avec Robert Murphy, un conseiller en matière d’énergie et de climat, pour aider la fondation à concevoir « l’impact environnemental des transactions effectuées sur la machine à état global Solana« .

Il indique qu’une seule transaction effectuée sur le réseau consomme 0,00051 kWh ou 1 836 joules d’énergie. Selon Google, la consommation moyenne d’énergie lors d’une recherche Google est d’environ 1 080 joules.

Solana, qui est moins décentralisé que le bitcoin, utilise 1 196 nœuds de validation qui peuvent traiter 20 millions de transactions. Le réseau a également publié de nouvelles statistiques indiquant que sa consommation énergétique moyenne annuelle s’élève à 3 186 000 kWh.

Le rapport indique également que le réseau pourrait mettre en œuvre un nouveau programme avant la fin de cette année, qui permettra à Solana de devenir neutre en carbone et de faciliter les transactions écologiques.

En tant que réseau de preuve d’enjeu efficace, Solana est beaucoup moins susceptible de consommer de l’énergie que les réseaux qui utilisent des mécanismes de preuve de minage pour traiter les transactions.

Selon Statista, une seule transaction Bitcoin consomme environ 4 222 800 000 joules, ce qui pourrait provoquer une crise ultérieure si les émissions énergétiques ne sont pas réglementées.