Tout va mal pour Facebook en 2021 !

Le 19 février, Facebook a bloqué les informations des médias australiens, avec la menace mise à exécution avant le projet de loi du gouvernement de Canberra qui demandait à la fois à la société de Mark Zuckerberg et à Google de payer les éditeurs pour le contenu qu’ils publient sur leurs plateformes numériques.

Peu après une semaine, Facebook a levé cette restriction controversée après avoir conclu un accord avec le gouvernement australien dans lequel une série de changements et de garanties ont été apportés, sous la forme d’amendements à la loi afin de clarifier la relation entre les plateformes et les médias.

Dans le même temps, Facebook, comme l’a déjà fait Google, conclut des accords bilatéraux avec de grands médias locaux pour payer ces contenus, bien qu’ici la porte soit ouverte pour que les petites organisations indépendantes soient exclues de ces accords.

Pendant ce temps, le Canada lance une même proposition de lois similaire à celle de l’Australie, pour les grandes plateformes afin de rémunérer le travail journalistique des médias. Les experts estiment qu’en soi, ce ne sera pas un gros problème pour l’entreprise par rapport au Canada, mais cela deviendra autre chose si d’autres pays finissent par adhérer et si l’effet domino fonctionne.

Tout cela se répercute sur le titre, qui reste très erratique sur le marché et qui a mal commencé l’année, avec une chute de près de 1 % au cours des cinq derniers jours, légèrement plus élevée sur le mois, 1,20 %, des baisses trimestrielles de 8,2 % pour le titre et au cours des six derniers mois, la baisse a déjà atteint 12,8 %. Jusqu’à présent cette année, la tendance négative se maintient légèrement avec une baisse de 3,40 %.

Source : WSJ

Les analystes de Citigroup donnent un objectif de prix de 320 $, contre 315 $. Wedbush considère que l’action est surpondérée, ce qui fait passer son PO à 375 $ contre 320 $ auparavant. Pivotal Research augmente également son PO à 340 $ par action contre 315 $ auparavant, avec une recommandation de conserver l’action.

JPMorgan Chase relève également son objectif de cours sur les actions Facebook à 360 dollars, contre une notation précédente de 315 dollars, avec une recommandation de surpondération. Loop Capital fait passer son PO à 12 mois de 330 $ à 370 $. Et d’après TipRanks, la moyenne des 36 analystes qui suivent le titre recommande d’acheter avec un prix cible moyen de 341,85 $ et une hausse potentielle proche de 30 % pour le titre.

source : TipRanks

Facebook, maintient le ton haussier et améliore ses indicateurs techniques, un point de 7 à 8 sur un total de 10 points. Le côté négatif est le volume à moyen terme qui diminue et la gamme d’amplitude qui, dans ses deux côtés, augmente. Le reste, la tendance à la hausse à moyen et long terme, la dynamique totale positive lente et rapide et l’augmentation du volume à long terme. Mais tout cela pourrait changer si les lois sur le paiement des informations se généralise mondialement, cela aurait pour effet immédiat de réduire les bénéfices de Facebook et son cours en serait alors fortement touché sur le moyen terme.