Mon-livret.fr Monde Uber devra payer des congés payés à ses conducteurs au Royaume-Uni

Uber devra payer des congés payés à ses conducteurs au Royaume-Uni

Uber a perdu une bataille juridique qu’elle avait engagée en 2016 et devra considérer ses chauffeurs comme ses propres “travailleurs” plutôt que comme indépendants, a déclaré vendredi la Cour suprême britannique.

La décision des juges a donc conclu que les travailleurs de l’entreprise doivent avoir accès à tous les “droits fondamentaux” ainsi qu’aux “congés payés“, laissant Uber confrontée à une importante facture d’indemnisation pouvant aller jusqu’à 12 000 livres (13 800 euros) pour chacun de ses travailleurs.

Uber a fait appel de ce jugement à la Cour suprême britannique après avoir perdu différents procès devant d’autres cours de justices, suite à la décision prise en 2016 par un tribunal du travail selon laquelle les chauffeurs de l’entreprise fournissent leurs services en tant que travailleurs et non en tant qu’entrepreneurs extérieurs.

L’arrêt reconnaît les conducteurs comme des travailleurs, mais pas comme des employés, qui, selon la loi britannique, bénéficient d’avantages plus larges en matière d’emploi.

La Cour suprême accorde donc aux chauffeurs le statut de travailleurs Uber, et leur refuse le statut d’indépendants que la société revendique.

Le verdict a été largement célébré par les défenseurs des droits des travailleurs, comme le syndicat GMB, qui a déclaré qu’il s’agissait d’une “victoire historique“, et a appelé Uber à “arrêter de perdre du temps et de l’argent à poursuivre des causes juridiques perdues“.

Les chauffeurs Yassen Aslam et James Farrar, qui avaient entamé ce processus en 2016, avaient saisis la Cour suprême pour prouver que leurs conditions de travail correspondaient bien à la définition de “travailleur” dans le code du travail et non indépendants comme leur imposait Uber.

Être un conducteur Uber peut être stressant. Ils peuvent vous interdire de conduire pour eux en un instant et il n’y a pas de procédure d’appel“, a déclaré Mark Cairns, qui travaille pour Uber à Londres depuis cinq ans, et qui s’est dit “ravi” d’être sorti victorieux d’une longue procédure judiciaire.