Un euro numérique pourrait absorber 8 % des dépôts bancaires

Les analystes de la banque d’investissement multinationale américaine Morgan Stanley ont calculé les changements potentiels dans les dépôts des banques de la zone euro en cas d’adoption à grande échelle d’un euro numérique.

Selon les analystes, une monnaie numérique de la banque centrale de l’Union européenne (CBDC) pourrait absorber 8% des dépôts des clients des banques de la zone euro, rapporte Reuters mercredi. Ce pourcentage pourrait être beaucoup plus élevé dans les petits pays comme la Lettonie, la Lituanie, l’Estonie, la Slovaquie, la Slovénie et la Grèce, ont-ils précisé.

Les estimations des analystes étaient basées sur un scénario « baissier » dans lequel tous les citoyens de la zone euro âgés de plus de 15 ans envoient 3 000 euros dans un portefeuille numérique en euros contrôlé par la Banque centrale européenne. Comme l’a signalé Bloomberg, ce montant pourrait constituer la limite possible du total des avoirs en CBDC pour les résidents de la zone euro, selon Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE.

« Cela pourrait théoriquement réduire le total des dépôts de la zone euro, définis comme les dépôts des ménages et des sociétés non financières, de 873 milliards d’euros, soit 8 %« , ont indiqué les analystes de Morgan Stanley.

Morgan Stanley a également déclaré que l’adoption de l’euro numérique pourrait légèrement augmenter le ratio moyen prêts/dépôts (LDR) des banques de la zone euro, laissant entrevoir la possibilité que les banques ne disposent pas de suffisamment de liquidités pour couvrir des besoins de financement inattendus. Le LDR moyen sauterait de 97 % à 105 %, ont estimé les analystes, notant que les banques dans leur ensemble  » remarqueraient à peine  » l’effet, le LDR ayant précédemment grimpé à 105 % fin 2019 avant la pandémie de COVID-19.

De nombreuses banques dans le monde ont exprimé leurs inquiétudes quant à la possibilité que les banques centrales acquièrent davantage de pouvoir sur la masse monétaire en mettant en place une CBDC. La semaine dernière, un document de travail de la Banque d’Angleterre envisageait un scénario dans lequel un cinquième de tous les dépôts de détail britanniques seraient détenus dans de nouvelles formes de monnaie numérique ou dans une CBDC. « En raison de cette sortie potentielle, les banques commerciales devraient adapter leurs bilans pour maintenir leurs ratios de liquidité actuels », écrit la banque.