Un milliardaire Russe propose le Transsibérien comme alternative au Canal de Suez

La route maritime du nord n’est pas la seule alternative que la Russie pourrait offrir au canal de Suez, qui a été bloqué le mois dernier par le porte-conteneurs Ever Given, obligeant les transporteurs mondiaux à détourner leurs navires et perturbant le trafic maritime international.

Le milliardaire russe Oleg Deripaska a exprimé l’espoir que cette situation motivera la société publique Russian Railways à revoir les services de transport du pays. Selon l’homme d’affaires, la Russie a plusieurs projets qui pourraient facilement devenir un substitut adéquat au canal égyptien, dont le plus important est la modernisation du transsibérien reliant Moscou à l’Extrême-Orient du pays.

Entre janvier et février, la Chine a doublé le fret ferroviaire à travers la Russie et l’Asie. La hausse des prix et les longues livraisons maritimes obligent Pékin à développer le transport ferroviaire“, a écrit Oleg Deripaska sur sa chaîne Telegram.

Selon le magnat russe, la récente catastrophe du canal de Suez devrait convaincre davantage la communauté internationale de la nécessité de promouvoir le transport ferroviaire de marchandises de l’Asie vers l’Europe.

L’objectif le plus évident et le plus justifié d’un point de vue économique est de donner à la Russie la possibilité de devenir une plaque tournante majeure” qui servira de “lien à part entière” entre l’Asie et l’Europe.

Oleg Deripaska a souligné que le “potentiel inhérent” du Transsibérien, le plus long réseau ferroviaire du monde avec près de 9 300 kilomètres de long, pourrait même devenir une alternative compétitive à la Nouvelle route de la soie de la Chine qui traverse l’Eurasie.

  • Le 23 mars, le canal de Suez, une voie de navigation cruciale par laquelle transitent quelque 30 % du volume mondial de conteneurs et environ 12 % du commerce mondial de marchandises, a été bloqué pendant six jours par un porte-conteneurs Ever Given, ce qui a exercé une pression considérable sur les chaînes d’approvisionnement mondiales.
  • Une étude de l’assureur allemand Allianz a estimé les dommages causés par le blocus au commerce mondial entre 6 et 10 milliards de dollars par semaine, rapporte Reuters.