Une nouvelle fraude monumentale dans le monde des cryptomonnaies !

crypto monnaies

Une autre plateforme turque ferme après le scandale Thodex, dont le propriétaire s’est enfui en Albanie avec 2 milliards de dollars sur fond de conflit avec le gouvernement concernant l’interdiction du commerce des crypto-monnaies.

Un autre cas de fraude aux crypto-monnaies s’est produit en Turquie, où la plateforme Vebitcoin a été fermée à la suite d’allégations de fraude et où certains de ses employés ont été arrêtés.

Il s’agit du deuxième scandale, après la fermeture de Thodex, dont le propriétaire a fui le pays avec environ 2 milliards de dollars. Ces situations s’inscrivent dans le contexte de l’interdiction imminente des crypto-monnaies dans tout le pays, face à une augmentation de la demande due à la dévaluation de la livre turque.

Plusieurs plateformes turques ont fait l’objet d’une enquête et, après l’arrestation d’environ 70 employés de Thodex, la justice turque a fait de même avec quatre employés de la bourse Vebitcoin, qui a connu un retrait massif de ses clients.

La semaine dernière, Thodex a annoncé qu’elle était “dans l’incapacité” de poursuivre ses activités avec son fondateur et PDG Faruk Fatih Ozer hors du pays, a indiqué la société dans une déclaration.

Si Bloomberg a expliqué qu’il ne s’agissait pas de la plus grande plateforme de crypto-monnaies de Turquie, “la fermeture de la plateforme a rendu irrécupérables les actifs restants de quelque 390 000 utilisateurs actifs“, selon Oguz Evren Kilic, qui représente un nombre important d’utilisateurs de Thodex et a déposé une plainte en leur nom.

Pendant le week-end, Vebitcoin a annoncé la cessation de ses activités dans une brève déclaration publiée sur son site Web. “En raison des récents développements dans le secteur des crypto-monnaies, nos transactions sont devenues beaucoup plus intenses que prévu.

Nous sommes au regret de constater que cette situation nous a conduits à un processus très difficile sur le plan financier. Nous avons décidé de cesser nos activités afin de nous conformer à toutes les réglementations et réclamations. Nous vous informerons dès que possible“, ont-ils déclaré. Les retraits seraient intervenus face à l’interdiction imminente des crypto-monnaies en Turquie.

Cette plateforme était l’une des plus importantes de Turquie, avec un volume quotidien de près de 60 millions de dollars ; sur ce montant, l’activité d’échange de bitcoins représentait la moitié.

Pendant ce temps, le procureur en chef de Muğla, Mehmet Nadir Yağcı, a annoncé dans un communiqué que quatre employés ont été placés en détention par les forces de l’ordre suite à des allégations de fraude.

Suite aux opérations de perquisition et de saisie menées au siège de la société et à certains domiciles, 4 personnes, dont des directeurs et des employés de la société, ont été interpellées. L’enquête menée par la Direction de la branche de la cybercriminalité du département de police de Muğla est conduite de manière multiforme et méticuleuse.

Ces opérations font suite à une décision surprise du nouveau gouverneur de la banque centrale de Turquie, Şahap Kavacıoğlu, interdisant de fait les crypto-monnaies dans le pays à partir de vendredi prochain.

La nouvelle restriction en Turquie interdira aux détenteurs de crypto-monnaies d’utiliser leurs actifs numériques pour les paiements, en plus d’empêcher les prestataires de paiement de fournir des plateformes d’échange de crypto-monnaies. À partir du 1er mai, tout paiement en crypto-monnaie sera illégal.

La banque centrale a déclaré que “toute utilisation directe ou indirecte de cryptoactifs dans les services de paiement et l’émission de monnaie électronique sera interdite.

Si les banques sont exclues de la réglementation, ce qui signifie que les utilisateurs peuvent toujours déposer des livres turques dans les crypto-monnaies par virement bancaire à partir de leurs comptes bancaires, les prestataires de services de paiement ne seront pas en mesure de fournir des services de dépôt ou de retrait pour les crypto-monnaies.

Le gouvernement turc a toujours eu la mainmise sur l’écosystème des paiements et, en 2016, a interdit le principal fournisseur mondial de paiements PayPal dans le pays.