Une nouvelle province chinoise interdit l’extraction du Bitcoin

La province d’Anhui, dans l’est de la Chine, est devenue la dernière région du pays à annoncer une interdiction totale de l’extraction de crypto-monnaies, affirmant que cette mesure contribuera à atténuer la grave pénurie d’énergie, a rapporté Reuters mercredi.

Cette décision a été justifiée par le fait que la province est confrontée à une “grave” pénurie d’électricité. D’ici 2024, la demande d’électricité dans la région devrait atteindre 73,1 millions de kilowatts, alors que l’offre actuelle n’est que de 48,4 millions de kilowatts, un écart relativement important. Outre l’éradication de l’exploitation minière, l’Anhui procédera à des réformes de la tarification afin de garantir une utilisation plus économique de l’énergie.

L’Anhui ne fait pas partie des plus grands centres de minage de crypto-monnaies en Chine. Néanmoins, cette décision est un autre signe de la pression continue exercée par les autorités chinoises sur les producteurs de devises numériques.

En mai 2021, le gouvernement chinois s’est engagé à sévir contre l’extraction de crypto-monnaies, au motif que cette activité comporte des risques financiers et écologiques. Depuis lors, les gouvernements des provinces où sont concentrées la plupart des installations minières, notamment le Sichuan, la Mongolie intérieure et le Xinjiang, ont interdit l’exploitation minière.

Étant donné que la Chine représente environ 70 % de la production mondiale de bitcoins, les mesures restrictives prises par les autorités chinoises n’ont pas tardé à avoir un impact sur le cours du Bitcoin. Depuis avril 2021, date à laquelle le pic a été enregistré, la monnaie numérique a perdu plus de la moitié de son prix. La décision d’Anhui de rejoindre les régions qui ont interdit l’exploitation minière a entraîné une nouvelle chute du prix du bitcoin. Au cours des dernières 24 heures, son prix s’est contracté de 2,1 % pour atteindre 32 500 dollars, selon le portail Coindesk.