Vacances d’été : La France va t’elle suivre l’Italie ou les écoles resteront ouvertes cet été pour compenser ?

La crise sanitaire occasionnée par la COVID-19 a fortement affecté le système éducatif dans de nombreux pays. En Italie, les écoles sont restées longtemps fermées. Dans le but de rattraper un tant soit peu le temps perdu, le gouvernement italien a décidé de prolonger l’année scolaire pendant l’été. Ce plan fait échos dans de nombreux pays européens et notamment en France.

Plan de prolongement de l’année scolaire

L’Italie est l’un des pays les plus touchés en Europe et dans le monde depuis le début de la pandémie du coronavirus. Cela a fortement affecté le déroulement du programme scolaire dans ce pays. Les élèves sont restés pendant plusieurs mois à la maison, ont accumulé toutes sortes de lacunes et certains ont même désappris.

Pour pallier cet état de choses, le gouvernement Draghi a décidé d’exploiter les trois (3) mois de vacances scolaires pour compenser les insuffisances occasionnées par les perturbations dues à la pandémie de la COVID-19.

Ainsi, l’année scolaire ne s’achèvera plus entre le 8 et le 10 juin (en fonction de chaque région) comme prévu initialement. Il sera plutôt organisé des rattrapages de cours, mais surtout des activités récréatives et culturelles pour réapprendre aux élèves à socialiser.

L’objectif principal est de réaliser un « pont d’activités préscolaires entre l’année scolaire passée et la prochaine », selon les déclarations du ministre de l’Éducation Patrizio Bianchi. Cela n’est pas sans rappeler l’expression de Michel Blanquer avec “les vacances apprenantes“, le ministre de l’éducation qui avait soumis une idée similaire l’année dernière, et si en 2020 la proposition n’avait pas été retenue par le premier ministre il se pourrait qu’en prenant exemple sur l’Italie celle-ci soit cette fois approuvée

De manière plus précise, le plan du gouvernement pour prolonger l’année scolaire se décline en trois (3) phases principales :

  1. en juin : école en plein air, cours de rattrapage et ateliers divers (théâtre, art, musique, etc.),
  2. de juillet à août : activités physiques, jeux didactiques et visites de musées pour renforcer la socialisation,
  3. en septembre : consolidation des connaissances dans le but de préparer la nouvelle année scolaire.

Grâce à ce plan, le gouvernement espère pouvoir relever le niveau des apprenants et corriger les effets de l’isolement engendré par la longue période de confinement. La mise en œuvre de ce plan a un coût que le gouvernement italien n’a pas hésité à prendre en charge.

Financement du plan de prolongement de l’année scolaire

Ce plan très ambitieux mis en place par le gouvernement italien pour soutenir le système éducatif appelle d’importantes ressources financières pour sa mise en œuvre. Malgré la situation économique critique engendrée par cette crise sanitaire, le gouvernement a promptement réagi pour sauver l’école en détresse. La somme de 510 millions d’euros a donc été débloquée pour soutenir le processus. Il faut noter que l’exécution de ce plan se fera uniquement de façon volontaire, aussi bien par les élèves que par les enseignants.