Vers un troisième confinement : Les risques, les enjeux et les options

Le gouvernement retarde une décision angoissante de boucler le pays une fois de plus, en envisageant des options pour ralentir les nouvelles variantes du Covid-19, le couvre-feu actuel étant jugé insuffisant.

Emmanuel Macron “a demandé des analyses supplémentaires” sur la propagation du virus avant de décider de toute nouvelle restriction, a déclaré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal après une réunion du cabinet de la défense mercredi. Le maintien du statu quo est “peu probable” car le couvre-feu de 18 heures à 6 heures du matin ne suffit pas, et un confinement strict est une option envisagée, a-t-il dit.

La recrudescence des cas et des décès au Royaume-Uni montre les dangers des nouvelles variantes du virus, les émeutes aux Pays-Bas contre contre le couvre-feu montrent les risques d’un durcissement des mesures.

Risque de troubles

Christophe Castaner a déclaré au journal Le Parisien qu’il y avait un risque de “désobéissance civile” en France aussi, si un nouveau confinement était imposé.

L’opinion publique est beaucoup plus réticente à subir mesures strictes par rapport au début de la pandémie, avec 93% des personnes approuvant le premier confinement, contre seulement 67% en faveur d’un troisième, selon un récent sondage d’opinion Elabe.

Je sais qu’il y a une certaine fatigue“, a déclaré M. Attal lors de la conférence de presse. La décision de renforcer ou non les mesures dépendra des indicateurs de santé, a-t-il déclaré.

Le deuxième confinement a commencé fin octobre et s’est terminé mi-décembre avec un couvre-feu qui a été étendu au début de janvier. Il n’a apporté qu’un soulagement partiel à un système de santé presque en saturation, ou les patients en soins intensifs restent cinq fois plus nombreux qu’en août.

Crise économique

Les restaurants, cafés, théâtres, cinémas et salles de sport sont fermés depuis octobre et sont soutenus par des aides gouvernementales, comme de nombreux secteurs de l’économie.

Un troisième confinement entraînerait une contraction de l’économie de 10 à 18 % par rapport aux niveaux d’avant la crise, selon une étude du ministère des finances citée par le Parisien. Alors que le gouvernement table sur un fort rebond de son économie au second semestre, un nouveau confinement menacerait ses prévisions de croissance.

Le ministre des finances, Bruno Le Maire, a qualifié mercredi un troisième confinement de “dernier recours“. Une enquête récente de l’Agence française de statistiques a montré que les ménages sont de plus en plus inquiets en janvier et qu’ils prévoient d’épargner davantage en prévision des périodes difficiles. L’indice de confiance des consommateurs est à son plus bas niveau depuis novembre.

La variante britannique du virus, plus contagieuse, a représenté 9,4% des cas dans une analyse des tests positifs effectués en région parisienne entre le 11 et le 21 janvier. Dans toute la France, les hospitalisations ont augmenté ces deux dernières semaines pour atteindre leur niveau le plus élevé depuis début décembre, et le nombre de patients gravement malades atteints de la COVID-19 en soins intensifs a dépassé les 3 000 cette semaine.

Emmanuel Macron pourrait encore prendra sa décision sur la nature du confinement à venir dans les jours à venir. C’est très probablement ce lundi qu’il communiquera les mesures qui seront prises pour freiner la pandémie.