Vers une demande croissante pour un troisième confinement de la part des médecins et politiques

Les nouvelles variantes du virus se répandent rapidement dans de nombreuses régions de France, ce qui entraîne un renforcement des contrôles du couvre-feu sur les côtes de la Manche notamment et les appels sont de plus en plus nombreux pour un nouveau confinement à l’est.

Bien les frontières avec la Grande-Bretagne soient fermées depuis décembre, le variant britannique, identifié pour la première fois dans le Kent, est désormais responsable d’une majorité des cas récents de virus autour de Dunkerque, selon un communiqué de l’agence régionale de santé.

L’Agence nationale française de santé publique a averti jeudi que les variants de pourraient aggraver la situation virale du pays dans les semaines à venir, après une longue période de stabilité des infections et des hospitalisations depuis la levée du dernier confinement en décembre, les chiffres commencent a remonter et les estimations pour les prochains jours et semaines ne sont pas positives.

Le variant Britannique a été détectée dans près de la moitié des cas dans le nord de la France et dans 40 % des cas en région parisienne, selon les dernières données de l’agence.

Les chiffres publiés par le plus grand réseau français de laboratoires médicaux privés, Biogroup, suggèrent que le variant s’est déjà répandue rapidement : Le groupe affirme que le variant est apparue dans environ la moitié de ses tests du 1er au 7 février dans l’ouest de la région parisienne.

Biogroup a également constaté un bond dans les cas du variant sud-africain dans trois régions de l’est de la France. Dans la région de la Moselle, le variant a été trouvée dans près d’un tiers des tests positifs au cours de la première semaine de février, a déclaré le Biogroup.

Le ministre de la santé Olivier Veran s’est rendu dans la région et a promis d’intensifier les tests et les vaccinations, mais le gouvernement a résisté aux appels de certains médecins et dirigeants en faveur d’un nouveau confinement.

Les prochains jours seront cruciaux dans l’optique d’un troisième confinement ou non, mais de plus en plus de voix s’élève pour anticiper la propagation inéluctable des variants britanniques et sud-africains en France.